Thérapie et confidentialité : le secret à l’épreuve du danger

Publié le 6 mai 2015

La clause de confidentialité entre un médecin et son patient est un débat qui refait surface périodiquement. Aujourd’hui encore la frontière entre le devoir de protéger et l’éthique professionnelle amorce nombre de discussions, la catastrophe du vol de la Germanwings ayant servi d’exemple effrayant sur le danger d’avoir un secret.

Carnet PSY recommande la lecture de Secret et confidentialité en clinique psychanalytique pour comprendre les tenants et aboutissants de cette question épineuse.

Faut-il trahir son patient et ses confidences dans le but de le protéger ou protéger ses potentielles victimes ? Que dit la loi sur le sujet ? Quelles sont les limites ?

En ce qui concerne la levée du secret professionnel, la loi, ne précise pas les conduites à tenir pour chaque situation. Cependant, le cadre de la loi nous permet et parfois nous oblige à lever le secret professionnel, où faute de réponses univoques et automatisées, nous oblige (ou devrait nous obliger) à une réflexion sur la conduite à tenir pour chaque situation. (Dubouchet, 2003)

Pour avoir un aperçu de la délicatesse d’un tel sujet : DUBOUCHET Denis, « Cadre et secret en thérapie », Gestalt 2/2003 (no 25) , p. 89-102 (disponible ici).

 

Actualités In Press

Événements