3 questions… au Dr Alain Scheimann

Publié le 19 septembre 2017

  • Pourriez-vous nous donner un exemple significatif de l’utilisation d’objets connectés dans votre pratique médicale au quotidien ?
Dr Alain Scheimann : Pour évaluer le contrôle d’un diabète, j’utilise un lecteur de glycémie connecté avec transmission des données médicales sur le smartphone du patient et pour appécier l’efficacité d’un traitement de la tension artérielle, je consulte également sur le smartphone du patient les résultats transmis de son tensiomètre connecté.
  • Ne craignez-vous pas que les données connectées provenant de la e-santé remplacent à terme le suivi médical ?
Dr Alain Scheimann : Non, au contraire les données santé connectées vont permettre d’améliorer le suivi médical, notamment pour les maladies chroniques comme l’arthrose, l’hypothyroïdie ou encore certaines maladies cardiaques (infarctus, AVC).
Les données santé vont permettre aux patients et à leurs proches de mieux comprendre les maladies, Elles vont également améliorer la consultation avec le professionnel de santé qui pourra orienter son interrogatoire, son examen clinique et ses prescriptions en fonctions des données reçues et analysées.
  • Une/des astuce(s) pour bien choisir ses objets connectés ?
Dr Alain Scheimann : Avant d’acheter un objet connecté santé comme par exemple une balance ou un bracelet d’activité, il est important de rechercher les différents modèles existants, de consulter des sites spécialisés ou des forums pour avoir des avis sur les données mesurées, la fiabilité des mesures et sur le respect de la confidentialité de vos données afin de respecter votre vie privée. Dans l’idéal, avant d’acheter un objet connecté, l’essayer en magasin.
Il est également important d’en avoir un usage adapté. Par exemple, cela ne sert à rien de se peser tous les jours avec une balance connectée. Cela n’a jamais fait maigrir et en revanche cela génère du stress ! Il est préférable d’évaluer une fois par semaine l’évolution de votre poids, de votre masse grasse, du pourcentage d’eau corporel.
De même avec un bracelet d’activité, c’est la progression au cours des semaines qui compte. Par exemple, que vous dormiez mieux avec moins de réveils après 4 semaines d’activité physique régulière qui se traduit par plus de 6 000 pas par jour.
Enfin, si vous vous lassez de votre objet, mettez le dans un coin pour le reprendre quand on en ressentirez le besoin !