Faut-il arrêter la pilule ? Par Hélène Jacquemin Le Vern

Publié le 29 septembre 2017

En 50 ans les femmes ont évolué et ne portent plus le même regard sur la contraception.

En 2012 il y a eu la remise en question des pilules de 2ème et 3ème générations ; suite à la révélation d’un accident neurologique chez une jeune femme secondaire à la prise de pilule.

Depuis la justice a rendu son verdict : il n’y aurait pas de différence entre les différentes pilules.

On ne peut pas nier qu’il y a des effets secondaires à la prise de pilules, les accidents graves sont très très rares, et la balance bénéfices/risques penche vraiment du côté des bénéfices.

La pilule reste la première contraception utilisée, même si le pourcentage d’utilisatrices est en baisse.

La baisse d’utilisation de la pilule contraceptive a débuté bien avant la crise de 2012. L’épidémie du SIDA qui a débuté en 1981 avait remis le préservatif au cœur de la prévention.

Les femmes de 2017 ne sont pas les mêmes que celles des années 1960 (loi Neuwirth 1967 autorisant l’utilisation de la contraception en France). On ne peut nier le rôle qu’a joué la contraception hormonale pour la libération des femmes, mais actuellement les femmes vivent la prise quotidienne comme une contrainte. Les femmes sont préoccupées par l’écologie, ne veulent plus prendre d’hormones pour la contraception. Il y a actuellement une grande demande pour les stérilets au cuivre (sans hormones), un retour du diaphragme, et bien évidemment le préservatif.

La pilule reste une méthode non seulement très fiable mais qui peut être indispensable pour traiter des règles très douloureuses, ou pour éviter d’avoir les règles lorsque celles-ci sont un frein à une vie active (épreuves sportives, examens, voyages d’aventures).

La contraception d’urgence est une grande avancée, n’oublions pas de l’utiliser.

Une femme suit une contraception des premiers rapports sexuels à la ménopause, soit plus de 40 ans !! Suivant les moments de la vie la femme choisira entre plusieurs contraceptions, aucune étant définitive, elle pourra alterner : pilule, préservatif, stérilet, implant, diaphragme.

            Dr Jacquemin Le Vern