ISBN : 978-2-84835-339-5
Prix :  21 €
Parution : Mai 2016

 

La psychomotricité entre psychanalyse
et neurosciences

Histoire, actualités et perspectives : pour une pensée en mouvement

Sous la direction de Nicole Girardier

 

Pratique en plein essor, la psychomotricité prend en compte le sujet dans ses dimensions corporelles et psychiques. Issue d’une histoire plurielle, impliquant des champs de référence variés, elle puise aux sources de la psychanalyse, comme à celles des neurosciences.
Comment la psychomotricité s’est-elle construite à la croisée de ces deux champs conceptuels ? En quoi, influence-t-elle en retour ces mêmes disciplines ?  Comment, en ce début du XXIe siècle, le « carrefour psychomoteur » peut-il ouvrir un nouveau paradigme, source de nombreuses perspectives théoriques et cliniques ?
À partir d’échanges fructueux entre pratique et théorie, entre psychomotriciens, psychanalystes et chercheurs en neuro-
sciences, cet ouvrage propose des conceptualisations de la clinique psychomotrice.
La complexité psychomotrice, à la croisée de la psychanalyse et des neurosciences : un sujet central aujourd’hui pour les psychomotriciens, mais aussi pour les psychologues, les psychiatres et les professionnels du médico-social.

Philippe Bollondi, Laurent Branchard, Albert Ciccone, Jacques Dufour, Joséphine Dufour, Sylvie Gadesaude, Nicole Girardier, Bernard Golse, Sibylle Gonzalez-Monge, Fabien Joly, Aurore Juillard, Bernard Meurin,  Denis Mortamet, Christèle Payen, Marie-Aimée Rocher, Gilles Rode, Yves Rossetti, René Roussillon.

 

 

 

Une discipline thérapeutique ne se définit pas que sur le seul terrain « pratico-technique », concret et rassurant de l’expérience et du témoignage clinique, ne se légitime pas que de son efficace et de sa démonstration thérapeutique (que tout le monde aujourd’hui voudrait tant maîtriser et évaluer en la réduisant à des critères opératoires et vérifiables de réparation, de réadaptation, ou des gommages des comportements difficiles). Une praxis authentique si elle fait paradigme et représente un véritable modèle thérapeutique s’appuie aussi sur un savoir théorique et des options « méta » (de psychologie, de psychopathologie, de développement, de psychanalyse, de neurosciences, de médecine, etc.) qui travaillent fondamentalement l’opérateur technique de la pratique en question et œuvrent (parfois à bas bruits) dans le dispositif, l’accueil, le projet de soin, et les procédures du traitement et de son cheminement, dans les modalités de transformations/ guérison/aménagements jusqu’à l’évaluation de son terme. Il n’existe aucune pratique surgit ex nihilo de rien et ne s’appuyant sur rien. Et en plus des nombreux implicites théoriques, le contexte historique des savoirs, le contexte politico-économique, et singulièrement culturel infléchit tout autant les pratiques, les adressages qu’on leur fait, les attentes explicites et implicites du soin.
Pour autant une praxis à n’être qu’un discours désincarné ou une idéologie serrée risque de perdre son âme, son être et sa raison même, et se doit de s’articuler intimement à une clinique authentique… et a fortiori dans une pratique soignante visant le corps, la globalité de l’être psychomoteur, l’implication dans des médiations corporelles et le soutien relationnel au développement ! Cette pratique spécifique à s’élaborer et se théoriser doit non seulement se mettre à l’épreuve de la clinique, mais aussi s’y sourcer, et encore mieux y faire retour en travaillant sur cette ligne de crête : la clinique et les expériences thérapeutiques au plus près de leur vérité, mais exposées, travaillées, écoutées, élaborées, reprises et étayées sur leurs fondements techniques, psychopathologiques et du côté de leurs opérateurs théoriques.

Le projet de cette collection « Cliniques Psychomotrices » vise à soutenir une réflexion d’envergure et approfondie autour de plusieurs grands axes. La psychomotricité sera travaillée ici sur son efficace, sa fécondité remarquable et ses réussites autant que sur ses difficultés techniques et thérapeutiques et ses points de butées ou de résistances voire ses contre-indications ; travaillée de sa pluralité et depuis toutes ses extensions techniques (en groupe, en individuel, dans telles régions cliniques ou dans telles autres et à travers tous les âges de la vie, dans des perspectives et des cadres à visées évaluatives, diagnostiques, thérapeutiques ou rééducatifs, etc.), du côté de ses spécificités et son unicité, et de ses fondements identitaires et historiques autour de la notion de « corps en relation » chère à son père fondateur : Julian de Ajuriaguerra. Pour se faire et à côté de nombres d’expériences et de réflexions ou d’élaborations spécifiques qui donneront nous l’espérons matière à nombre d’ouvrages originaux, nous soutiendrons ici que la psychomotricité est un paradigme thérapeutique, un objet épistémique, et définit par-delà ses multiples déclinaisons techniques et ses différents médias ou savoir-faire par-delà la diversité de ses exercices selon les âges et les pathologies rencontrées,  que son identité se révèle par-delà toutes ses variations subjectives et ses petites différences dans une dimension spécifique assez unique qu’on appellera donc ici la clinique psychomotrice… et qu’on essaiera de faire travailler, de faire mieux connaître et de diffuser dans cette collection.
En étudiant les pathologies du développement et l’autisme, ou les enjeux psychomoteurs dans le vieillissement ou le poly-handicap, plus loin les troubles instrumentaux, l’hyperactivité ou les mécanismes et la pathologie du jeu, ailleurs la psychosomatique du très jeune enfant, la relaxation à l’adolescence, ou les troubles de l’image du corps et tant d’autres vertex pathologiques et thérapeutiques, il s’agira donc toujours de faire émerger, de rendre compte et de faire travailler théoriquement et techniquement à partir des processus thérapeutiques et transformationels les déclinaisons de cette clinique psychomotrice.
Les directeurs de collections – Jérôme Boutinaud et Fabien Joly – ont des parcours et des positions très proximales (psychomotriciens diplômés et forts chacun de longues années d’expériences ; ils sont tous deux psychologues cliniciens et docteur en psychopathologie, enseignants, formateurs, superviseurs, et chercheurs ; auteurs chacun de plusieurs ouvrages et de nombreux articles scientifiques) ; leurs « petites différences » de repères théoriques et d’expériences cliniques auront on l’espère débit d’invention et de dynamisation de cette nouvelle collection de psychomotricité.

Les directeurs de collection
Jérôme Boutinaud et Fabien Joly